Charles V

Publié par María José Osorio - Catégorie: Alhambra, Blog

Nous allons vous raconter l’histoire d’un personnage historique, le plus célèbre et passionnant du XVIème siècle.

Il est né en 1500, d’une manière peu commune. Sa mère, Juana, fille des rois catholiques, donna naissance dans les latrines du palais au cours d’une fête sans aucune aide. C’est donc de cette manière peu glorieuse que naquit César Carlos, qui deviendra le Roi le plus puissant d’Europe.

Son enfance se fit loin de ses parents, entourée d’intellectuels et d’artistes. A la mort de son père, le Roi Philippe le Beau, Carlos n’a que 6 ans, sa mère en perd la raison et devient folle d’où son surnom Jeanne la Folle

Fruit de plusieurs disparitions précoces et de plusieurs mariages entre dynasties, Carlos V hérita de la part de ses grands-parents maternels, les rois catholiques de la Castilla, de l’Aragon, Sardaigne, Naples, Sicicile et les Indes. Et de ses autres grands parents, Maximiliano I de Habsbourg et Maria de Bourgogne, il hérita de ce qui est aujourd’hui l’Allemagne, le Duché de Bourgogne, les Pays-Bas, et la Franche-Comté entre autres.

Un vaste territoire avec peu de point en commun entre eux qui devait être gouverné par un jeune de 20 ans. Un bel héritage mais difficile à diriger.

Afin de résoudre ce grand casse-tête que représentait à cette époque l’Europe, il prit le titre sacré d’Empereur de l’Empire Romain Germanique. C’est le fil qui connecta entre eux tous ces territoires et l’idéal commun qui les rassembla. De cette manière Carlos V se convertit en un « gardien de la chrétienté » et ainsi, chaque moment et chaque action que mena ce grand Roi fut guidé par ce titre.

Probablement et cela dès le début de son règne, l’empereur s’attendait à avoir une vie bien chargée, pratiquement sans jour de repos ou de paix. On peut dire que l’époque la plus heureuse de sa vie fût les quelques mois qu’il passa aux côtés de son épouse Isabelle du Portugal à Grenade. Sa vie se répartissait entre les nombreuses guerres qu’il mena contre son grand ennemie François Ier, contre l’empire Ottoman, contre Luther et le protestantisme et entre les pactes et négociations pour financer ces guerres.

A partir de 1539, avec la mort de son épouse, commença son déclin émotionnel. Avec l’âge, son caractère autoritaire et capricieux s’accentua et surtout il abusa de la nourriture et de la boisson, une de ses grandes passions qui lui provoqua de terribles crises de gouttes. Les luttes pour maintenir son empire immense devinrent de plus en plus difficiles.

Ce Roi voyageur, ne restait jamais au même endroit bien longtemps. Il abdiqua en faveur de son fils Philippe II et s’installa dans le monastère de Yuste pour trouver le repos spirituel.

Trois ans après sa retraite à Yuste, en 1958, immobilisé par la goutte, il mourra du paludisme.

Il est étonnant de savoir qu’un Empereur aussi puissant que lui est mort à cause d’une simple piqûre d’un moustique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Utilizamos cookies propias y de terceros para ofrecer a nuestros visitantes una forma más cómoda y eficiente a la hora de navegar por nuestro sitio web.
Al utilizar nuestro sitio web acepta el uso de cookies. Entendido Más información