Break numérique à l’Alhambra

Comment profiter du palais nasride sans portable

Sans portable, comment serait l’expérience de visiter l’Alhambra pour toutes ces personnes qui ont pour seul objectif de mitrailler les moindres recoins de ce monument avec leur smartphone ? À quel point l’Alhambra séduirait-elle les gens qui ont oublié qu’ils se trouvent dans un havre de paix pour les sens ? Est-on arrivé au point où il est nécessaire de faire un « break numérique » à l’Alhambra ?

Ils courent dans tous les sens, jouent des coudes pour se placer au premier rang et prendre la meilleure photo. Ils cherchent l’angle de vue parfait, le selfie qui témoignera de leur passage en ces murs. Ils partagent avec leurs amis, cherchent à cumuler les likes. Ils se privent de vivre pleinement l’instant, de ressentir des émotions.

Je n’invente rien : le débat concernant l’utilité et l’utilisation abusive du portable est à l’ordre du jour. C’est un sujet que l’on peut aborder sous plusieurs angles. Sans entrer dans ce débat, j’aimerais simplement évoquer aujourd’hui les choses à côté desquelles on passe quand on décide de visiter Grenade à travers le filtre de notre smartphone.

Ma proposition de « break  numérique » : visitez l’Alhambra différemment

Quels souvenirs gardons-nous ? Comment les conservons-nous ? Ce que nous stockons dans notre smartphone est-il plus intéressant que ce qui nous reste en mémoire ? À quoi penserons-nous la prochaine fois que nous sentirons des fleurs de jasmin, loin d’ici ?

Mes souvenirs d’enfance sont indissociables des canaux d’irrigation de l’Alhambra et des courses avec mon frère pour voir quel feuille d’arbre arriverait avant l’autre. Il ne fait aucun doute que nos photos de famille en train de visiter ce monument me rappelle une foule de bons souvenirs. Pourtant, je suis sûre qu’ils ne seraient pas gravés dans ma mémoire de façon si vivide si ma plus grande préoccupation à l’époque avait été d’immortaliser en photo chaque minute de mon passage par l’Alhambra.

L’Alhambra, et cela vaut pour tous les monuments, ce ne sont pas que des images, c’est aussi des sons. C’est un rayon de soleil qui nous réchauffe par une froide matinée d’hiver, c’est la lumière particulière qui baigne les murs et les jardins l’automne venu, complètement différente à celle du printemps. Ce sont toutes ces sensations qui nous viennent et que nous sommes les seuls à pouvoir ressentir.

.

Que perdons-nous d’un concert pendant que nous le filmons ? ou d’un bon repas entre amis pendant que nous publions des photos de chaque assiette ? De plus en plus d’hôtels et de restaurants interdisent l’utilisation du portable dans les zones communes. En fin de compte, c’est ce qui finira par se passer aussi dans de nombreux monuments historiques.

Dans un monde où la valeur des choses semble dictée par la réaction de nos contacts sur les réseaux sociaux ; dans un monde où tout est quantifié en nombre de likes ou en commentaires, je me propose de vous accompagner dans votre prochaine promenade à l’Alhambra pour que vous en profitiez autrement

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *