Carmen Rodriguez Acosta

Fondation Rodríguez-Acosta

Le premier tiers du XXe a supposé un changement majeur pour la ville de Grenade, qui a connu une transformation globale et du point de vue de l’architecture et de l’urbanisme surtout. Des bâtiments datant de cette époque sont venus agrémenter la ville et la définissent et la caractérisent toujours aujourd’hui.

La Fondation Rodriguez Acosta est l’un d’entre eux. Deux bâtiments se détachent de la silhouette de Grenade, et ce quelque soit l’angle de vue. L’un est l’hôtel Palace ; l’autre, juste à côté, est le Carmen Blanco ou Fondation Rodríguez-Acosta.

Ces deux constructions résolument modernes et audacieuses sont toutes deux un pari très risqué. Éclectique, la deuxième est le fruit des choix de son donneur d’ouvrage, José María Rodriguez-Acosta.

Ce bâtiment est construit entre 1916 et 1930 comme résidence et studio du peintre José María Rodríguez-Acosta, fils d’une riche famille de Grenade, d’une grande sensibilité et connaisseur des constructions à l’œuvre en Europe à l’époque. Si la construction de cette grande propriété ou Carmen, est le fruit d’un caprice personnel, l’intention est également de hisser la ville vers la modernité et d’y laisser bien sûr son empreinte. Si sa famille n’avait pas été aisée, il n’y serait pas parvenu.

Située à proximité de l’Alhambra, dans l’ancien quartier juif de la ville, la propriété est bâtie sur un grand dénivelé. S’il n’a pas dû faciliter les travaux de construction, il nous offre aujourd’hui des vues imprenables depuis les terrasses des nombreux jardins.

Comme nous l’avons déjà évoqué, le style est absolument éclectique et, même si l’endroit est extrêmement proche de l’Alhambra, cela ne transparaît que dans plusieurs jalousies des terrasses. Des éléments classiques d’influence grecque ou romaine, mais aussi Renaissance et Art nouveau agrémentent l’ensemble.  De nombreux matériaux d’autres constructions ramenés et réutilisés, ainsi que des pièces de collection comme la sculpture romaine de Bacchus complètent le tout. Aussi bien l’habitation que ses jardins, élément fondamental du lieu, s’adaptent au caprice et au goût raffiné du commanditaire.

Quatre espaces très bien différenciés constituent la visite :

  • El Carmen ou studio. L’habitation est conçue dès le départ pour être un studio. L’on y accède par un vestibule, d’où nous gagnons le deuxième étage, où se situent la bibliothèque et une collection d’objets d’art de tous lieux et de toutes les époques.
  • Les jardins. Ils associent l’élégance subtile des colonnes et des murs blancs aux murs verts tapissés de cyprès.

Le Théâtre, la Terrasse centrale, le Jardin de Bacchus, le Patio de Vénus, le Temple de Psyché, la Zone de repos et la Promenade funéraire en sont les jardins gigognes.

 

  • Les catacombes. Il s’agit de passages souterrains d’origine nasride, agrandis selon les influences romantiques.
  • Le musée. Y est exposée la collection constituée par Manuel Gómez Moreno Martínez, qui se compose principalement d’œuvres de Zurbarán et d’Alonso Cano, de sculptures, de pièces archéologiques de toutes les périodes et d’arts décoratifs.

La visite, qui ne manquera pas de vous étonner, vaut réellement le détour et nous vous la recommandons vivement.

Nous pouvons également vous accompagner dans cet endroit haut en couleur.

 

HORAIRE POUR LA VISITE DE LA FONDATION RODRÍGUEZ-ACOSTA

Horaires d’été (du 1er avril au 14 octobre) : de 10 h 00 à 18 h 30 (entrée toutes les 30 minutes).

Horaires d’hiver (du 15 octobre au 31 mars) : de 10 h 00 à 16 h 30 (entrée toutes les 30 minutes).

TARIFS DE LA VISITE / Tickets Price

Visite générale (hors bibliothèque / Artist’s Library are not included) :

11 h 30 – 15 h 30 (hiver) : 5,00 €

11 h 30 – 17 h 30 (été) : 5,00 €

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *