Biodomo Granada

Le Biodöme de Grenade, une fenêtre sur la vie

C’est comme ça que le Parc des sciences de Grenade, le lieu qui l’accueille, aime le définir.

Le Parc des sciences, où se niche le Biodôme, est un endroit à ne pas manquer si vous visitez la ville avec des enfants.

Le Biodôme mérite à lui seul une heure de visite et il vous faudra compter une demi-journée pour visiter tout le parc.

Dès sa construction, il était prévu que le Biodôme soit intégré au grand complexe du Parc des sciences. En raison de la grande complexité que supposent son architecture et sa mise en marche, il a néanmoins fallu attendre son quatrième agrandissement mi-2016 pour que cela soit chose faite.

Il abrite quelque 250 espèces, faune et flore, sur 3 500 m2 pour 12 000 m3 (là est sans doute la clé) Et recrée trois zones tropicales distinctes : Madagascar, le Sud-est asiatique et l’Amazonie, c’est-à-dire les régions de la planète affichant la plus grande biodiversité. À cette fin, les milieux aquatique, terrestre et aérien ont été reproduits.

Vous y verrez tout type d’animaux et de plantes qui ne manqueront pas de vous surprendre. Nous pouvons mentionner parmi les plus exotiques ou les plus curieuses l’alligator de Chine. La plupart des spécimens de cette espèce en voie de disparition vivent dans des zoos du fait de très forte pollution qui touche leur habitat naturel. Les plus attachants sont sans doute les lémurs à la longue queue annelée qui se déplacent presque naturellement parmi les visiteurs. La loutre asiatique, les paresseux, les ouistitis à face blanche, l’ibis rouge, le toucan, le boa arc-en-ciel, la cistude ou tortue aux yeux rouges, etc. sont autant d’autres espèces que vous pourrez admirer.

Le Biodôme n’est pas un zoo en ce sens qu’animaux et plantes vivent dans un milieu naturel et interagissent. Seuls deux autres espaces – en Allemagne – présentent des caractéristiques analogues.

Le Biodôme partage avec le Parc des sciences sa vocation pédagogique et de divulgation. L’objectif est, d’une part, de nous faire connaître différents types d’animaux et de plantes et, d’autre part, de nous sensibiliser à la nécessité de leur conservation et de leur respect et à la relation qui s’établit entre la nature et ses habitants.

Pour couronner le tout, le lieu se veut être un laboratoire vivant, où sont étudiés des domaines aussi divers que la mécanique des fluides, la reproduction en captivité, l’alimentation et le bien-être animal, etc. Ce laboratoire est par ailleurs mis à la disposition de chercheurs du monde entier.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *