Juana I de Castille. ¿LA FOLLE ?

C’est l’une des questions les plus fréquentes que nous les guides reçoivent pendant la visite à la Chapelle Royale de Grenade, où Juana I de Castille est enterré.

Mais que savons-nous sur la vie de cette grande femme ?

Joan est née le 6 novembre 1479 et, comme ses sœurs et son frère, elle a reçu une éducation humaniste soignée, ce qui n’était pas habituel en Europe, surtout pour les femmes.  Les princesses de Castille étaient considérées comme les plus cultivées d’Europe.

À l´instar de ses sœurs, son mari est choisi par ses parents pour tenter d’exercer un contrôle maximal sur l’Europe.

Dans son cas et avec seulement 17 ans, il doit partir aux Pays-Bas pour épouser Philippe 1er d’Autriche dans le but de créer des alliances et de bloquer son rival, la France.

Jusqu’à ce moment, Juana n’avait donné aucun signe de folie et rien n’attirait l’attention sur son comportement.

Il est facile d’imaginer comment Jeanne a dû se sentir. Juana I de Castille avait que 17 ans et quant même elle porté une grande responsabilité. Davord arriver dans un Pays qu’elle ne connaissait pas, en plus épouser quelqu’un qu’il ne connaissait pas, et finalement d’essayer d’avoir le maximum d’influence sur son mari pour aider son pays. Ce n’était pas une petite responsabilité.

Son grand amour.

Heureusement Pilhipe s’est avéré être un beau prince dont elle est tombée follement amoureuse. En l’occurrence, car ça serait une des raisons de ses éventuels déséquilibres.

Au début, Philippe tombé lui aussi amoureux, mais cet amour ne dure pas longtemps. Philippe est entré dans l’histoire sous le nom de Philippe le Beau, alors qu’il aurait été plus approprié   Philippe l’Infidèle . Il a vraiment su profiter de l’amour de Juana pour la soumettre à sa volonté.

Juana a dû vivre dans une contradiction permanente. Son éducation catholique et son grand amour pour son mari ne lui ont pas permis de tolérer son infidélité. Mais d’un autre côté, ce fait était habituel à l’époque et totalement toléré par toutes les cours royales européennes.

Quand commence sa légende noir ?

Peu de temps après son mariage Jeanne a commencé à être connue surtout à cause de  nombreux épisodes de colère qu’elle manifestait chaque fois qu’elle découvrait une nouvelle infidélité. Colère, rage ou folie ? …

En tout cas, ces éventuels déséquilibres mentaux ont été très bien profité par son mari et son père.

De façon fortuite et après la mort du prince Miguel, Juana est devenue la reine de Castille, ce que ni Philippe ni son père n’ont voulu permettre.

Mais la grand légende noire sur sa folie commence avec la mort de son mari.

Philip meurt en 1506, deux mois seulement après le couronnement de Juana.

En quelques années seulement, Jeanne a dû faire face à plusieurs décès, celui de son frère le prince Juan, de sa soeur Isabel, de son neveu le prince Miguel et en plus de sa mère.

Sans aucun doute, ce qui l’a le plus déstabilisée c´est la mort de son grand amour, son mari Philip.

Par ailleurs entre 1496, date à laquelle elle a épousé Philip, et 1506, date à laquelle il est mort, Jeanne a donné naissance à six enfants.  Cela signifie qu’elle était enceinte ou qu’elle a accouché presque tout le temps.

De plus, ces dix années sont caractérisées par des confrontations constantes avec son mari. La solitude dans un cour où personne ne l’appréciait, et la trahison de tous sa famille.

Une cage dorée

Comme touche finale, elle a été séquestrée dans un châteaux à Tordesillas par son père. Juana est resté la 46 ans et jusqu’à sa mort.

Pour donner quelques détails sur le confinement, je dirai qu’il passait la plupart de son temps dans des pièces sans fenêtres et éclairées par des bougies.

Après tout cela, il faut se demander à nouveau si elle était vraiment folle ou si le cours d’une vie aussi triste et cruelle lui a fait perdre la tête à un moment donné.

Malgré tout cela Juana n’a jamais cessé d’être la reine de Castille, même si elle n’avait pas le droit de l’exercer . Les quelques possibilités qu’elle avait de gouverner, elle était toujours ferme, saine d’esprit et elle à défendu à tout prix le bien-être de la Castille.

Une grande femme.

Qu´ elle soit passé à l’histoire sou le nom  de “la folle” m’a toujours semblé cruel et exagéré.

Si on la compare à son contemporain Henry VIII, un roi qui a fait décapiter deux de ses six femmes parce qu’il les considérait infidèles et qui a anéanti le catholicisme. Franchement Joan ne me semble pas si excentrique.

En tout cas, pour moi, Juana sera toujours Juana I de Castille, la reine qui n’avait pas le droit de régner.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *